Des vies d'isolement et de solitude

Catégorie : Critique

Etrange roman d'âmes meurtries, Le Ruisseau de cristal de Delmot Borger nous fait basculer dans différents univers marqués par l'isolement, l'enfermement, des vies de famille où l'on étouffe, où la folie n'est jamais loin. Le roman s'ouvre avec l'histoire incroyable d'une jeune fille enfermée dans une maison, enfant cachée qui ne voit que sa mère. Celle-ci a des jeux d'amour incestueux avec son frère Johnny, dans une Irlande des années 1960. A cette histoire de personnages aux regards vides, s'en ajoute une autre plus vaste, qui nous fait remonter le temps, jusqu'à l'ère victorienne et nous entraîne jusqu'à une époque plus contemporaine avec de nouveaux personnages tout aussi perturbés. Des fantômes semblent se promener dans les têtes des hommes et surtout des femmes qui apparaissent ici comme les plus fragiles, les plus malmenées de tous. Derrière le bruit des laitiers qui passent, se font entendre des cris étouffés au coeur de paysages tristes qui retiennent des secrets, des douleurs, des malheurs. Un roman intense et profond qui prend le lecteur à la gorge.

"Le Ruisseau de cristal"  (The Woman's daughter) de Delmot Borger, traduit par Marie-Hélène Dumas, éditions Joëlle Losfeld. 21 €