Entre fête et drame, entre paradis et Paris

Catégorie : Critique

Qu'y a-t-il de paradisiaque et de joie dans "Les vrais paradis" de François Jonquet ? Il y a surtout une discothèque, le monde de la nuit, des lumières artificielles, un trip urbain évoqué par un narrateur qui veut sentir son coeur battre et tout essayer. Ce narrateur a des appétits contraires, imagine un "tourbillon de filles et de garçons mentalement déshabillés, convoqués à des parties fantasmatiques, aux seules fins de ma jouissance", dit-il. Ci garçon voit des images défiler devant ses yeux, observe son entourage avec le regard d'une caméra. Nuits blanches et agitées, déguisements, drogue et sexe...on est dans les années 1980, à Paris, au Palace. François Jonquet réussit à nous y entraîner avec beaucoup de réalisme. Il évoque des moments d'extase, mais pas de vrai bonheur. C'est torturé, hanté par des fantômes. Les nuits parisiennes du narrateur sont marquées par des visages, ceux de Lautréamont, Baudelaire, comédiens, artistes d'hier et d'aujourd'hui...Tout un monde accessible à un public sensible à ces années de fièvre. A la fois un roman initiatique et un hommage au vieux Paris.

"Les vrais paradis", de François Jonquet, Sabine Wespieser, 20 €.