Igor et la veste de milicien

Catégorie : Critique

 

"Le Jardinier d'Otchakov" explore le monde soviétique des années 1957 tout en décrivant l'Ukraine d'aujourd'hui. Pas de nostalgie, pas de régime dénigré, juste quelques observations sur deux époques qui ont chacune des bons et des mauvais côtés. Nous suivons cette exploration à travers le regard d'Igor, jeune homme d'une trentaine d'années qui remonte le temps lorsqu'il enfile un vieil uniforme de milicien trouvé dans une valise. Tout démarre avec l'arrivée d'un vagabond dans la vie d'Igor et de sa mère. Stepan, le vieil homme s'installe chez eux pour effectuer des travaux de jardinage. Un mystère l'entoure. Il présente les traces d'un tatouage plus ou moins effacé sur le dos. A partir de là, commence l'aventure et la découverte d'un monde parallèle. Andreï Kourkov décrit la société, les longues journées, l'ennui, la vie des petites gens, le café épais au fond des tasses et les verres d'alcool qui défilent. Les allers-retours d'Igor vont le conduire à s'interroger sur sa vie. "Et moi ? se demanda Igor. Moi, qui suis-je ? Stepan, c'est un jardinier. Tchagine, un forestier. Mais moi ?"

Très beau roman, qui sort aujourd'hui dans la collection "Piccolo" des éditions Liana Levi, "Le Jardinier d'Otchakov" porte un regard tendre sur ses différents personnages qu'il entraîne dans une histoire empreinte de légèreté et de finesse.

"Le Jardinier d'Otchakov", par Andreï Kourkov, Liana Levi, Piccolo. 11,50 €