Monsieur BUVARD a toujours soif

Catégorie : Critique

Formidable petit album tout public "Monsieur BUVARD" déborde d'humour et de finesse. Bruno Heitz s'est amusé à imaginer un bonhomme qui se transforme au fil de ses boissons et de son environnement. Ce petit monsieur s'imprègne de tout, se réveille avec une tête de papier mâché avant de devenir du papier-monnaie pour le plus grand plaisir des gens qu'il croise. "Partout, on le fêta. Ceux qui lui serraient la main s'arrangeaient pour en garder un petit bout."

Les aventures de Monsieur BUVARD se succèdent, donnant lieu à une série de jeux de mots autour du papier, tandis que le texte se nourrit d'expressions familières et d'idées toutes faites. C'est terriblement drôle. Mais c'est aussi terriblement dramatique si l'on suit avec un peu d'attention ce récit. Bruno Heitz évoque l'histoire d'un bonhomme qui boit trop et raconte - sans en avoir l'air - toutes les mésaventures qui en découlent, de la perte d'un emploi à un séjour en prison. L'auteur aime jouer avec le lecteur, se permet des petits clins d'oeil (comme le nom de la boutique située en face de la fontaine : Au petit Rouergue, un endroit où l'on se noicit à l'encre...) et lance des pistes. Au lecteur de choisir le chemin de la facilité, de la légèreté ou d'emprunter des chemins plus ardus. Les illustrations apportent autant de plaisir que le texte, en mélangeant les textures et les effets, du papier journal un peu sale et brouillé aux contours un peu flous et imprécis du papier buvard.

"Monsieur BUVARD", de Bruno Heitz, Rouergue.16,50 € A partir de 6 ans.