"Ne jamais renoncer" selon Anne-Cathrine Riebnitzsky

Catégorie : Critique

La romancière danoise Anne-Cathrine Riebnitzski évoque sa propre enfance dans "Les Guerres de Lisa" (éditions Gaïa) et parle des difficultés que rencontrent des enfants à vivre auprès de parents instables ou violents. Entretien.


Pourquoi ce roman ? 

Cathrine Riebnitzski : "J'ai grandi auprès d'une mère instable et d'un père violent au caractère très dur. J'avais besoin de transformer cette expérience en roman. Je l'ai fait pour moi. Mai aussi parce que beaucoup d'enfants grandissent dans des maisons instables. Je voulais parvenir à toucher un certain nombre de ces enfants. Ces mêmes enfants qui, en grandissant, sont devenus des lecteurs. Je voulais leur dire : vous pouvez guérir. Vous pouvez vous battre et devenir quelqu'un d'autre, si vous vous montrez un peu audacieux."

Quel(s) message(s) derrière ce roman ?

"Il y a plusieurs messages. Je crois que l'un des plus importants, est de dire que lorsque les parents souffrent, les enfants souffrent également. Et le plus important est de dire aussi qu'il ne faut jamais renoncer. Et que les enfants ne seront pas les victimes de leurs parents. A un certain moment, vous devez vous affranchir, construire votre propre vie, en dépit de ce que peuvent penser les parents. Vous devez revendiquez votre vie, en dépit de ce qui a pu arriver."

Pourquoi autant de désespoir dans le livre, qui est vraiment très noir ?

"Ce n'est pas un roman difficile à lire ou plein de désespoir, si le lecteur y reconnaît quelque chose qui a avoir avec sa propre enfance. Le livre intervient alors comme un soulagement, un apaisement. Le lecteur se dit "Quelqu'un sait, comprend ce que je ressens". Bien sûr, pour quelqu'un qui a eu une enfance protégée, ce roman peut sembler dur. Parce qu'en tant que lecteur, vous êtes un témoiin de tout ce qui arrive à ces enfants. Vous ne pouvez que lire sans rien pouvoir faire pour sauver les personnages de cette histoire. Mais peut-être que vous pouvez garder les yeux ouverts autour de vous. Peut-être, pouvez-vous parler à un enfant et l'aider à percevoir une façon normale de grandir."

Pensez-vous que les mots peuvent sauver ?

"Ce qui est impotant avec les mots, c'est que nous les utilisons pour penser et définir des expériences, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Vos pensées sont des mots. Autrefois, les mots m'ont sauvée. Quand dans mes lectures je reconnaissais une description précise de mes sentiments, ou une certaine situation, c'était toujours un soulagement. Les mots justes permettent de dire "maintenant je vois, "maintenant je comprends". J'ai reçu beaucoup de lettres provenant de lecteurs, qui disaient pratiquement la même chose. "Merci d'avoir écrit sur mon enfance. C'était peut-être un peu différent, mais vous m'avez aidé à comprendre." Certains disent :"maintenant je sais que je n'étais pas seul." Une femme m'a même dit : "votre livre m'a permis d'avoir maintenant au moins un souvenir positif de mon enfance." Elle m'a décrit la façon avec laquelle elle avait grimpé sur une meule de foin pour cueiller des baies rouges sur un arbre, comme j'avais pu le faire moi-même. Elle avait oublié ce petit détail, car elle avait vécu beaucoup de choses terribles dans son passé. La réalité est que si vous vivez des situations monstrueuses, même les bons souvenirs disparaissent."

Est-ce que l'écriture des "Guerres de Lisa" a été quelque chose de douloureux ?

"Boucoup de personnes pensent que ça a été douloureux de me replonger dans ces souvenirs. En réalité, ça n'a pas été aussi terrible que je le pensais. C'est plus dur de vouloir éviter le sujet, de toujours le contourner plutôt que de s'attaquer au problème. J'ai pleuré et revécu beaucoup de choses, mais j'ai aussi ressenti un énorme soulagement en racontant cette histoire et en transformant ces enfances brisées en quelque chose d'artistique. On ne doit pas sousestimé le pouvoir qui existe à affronter les problèmes, à aller de l'avant pour les combattre et ce que cela procure."

Quels sont vos projets ?

"Mon dernier livre est sorti en janvier et est en cours de traduction pour être publié en France. C'est très différent des Guerres de Lisa. J'ai écrit une biographie et trois gros romans en moins de six ans, aussi j'ai besoin de faire une petite pause. Mais je reviendrai avec plusieurs histoires. Je peux le garantir. Mais je ne sais pas encore ce que sera la prochaine".




Entretien effectué en juin 2016

"Les Guerres de Lisa", d'Anne-Cathrine Riebnitzsky, éd. Gaïa, 22 €.