Neige et sang à Barentsburg

Catégorie : Critique

De la vodka, des pirojki, du caviar...et du sang, beaucoup de sang, répandu sur le sol enneigé de l'archipel de Svalbard. Ce nouveau roman de Monica Kristensen se déroule, comme ses deux précédents, sur cette terre norvégienne située au delà du cercle polaire arctique. L'agent Knut Fjeld est envoyé à Barentsburg, où un accident mortel a été signalé à proximité d'une mine, où la victime était employée. Dans un univers hostile, dans une ville occupée par des Russes, le policier norvégien va devoir enquêter et contourner de nombreux obstacles. Knut Fjeld est un agent un peu décalé, fêtard, dont l'esprit est facilement embrouillé par des nuits alcoolisées. A peine arrivé à Barentsburg, Knut n'a qu'un souhait : retourner chez lui à Longyearbyen. Malheureusement, les événements vont l'amener à séjourner plus longuement au milieu de la population minière russe de Barentsburg. Dans une ambiance pesante et plutôt menaçante, l'agent Fjeld va devoir mener sa mission, croisant sur sa route des personnages typés, des femmes soudées entre elles, des êtres liés les uns aux autres par de mystérieux rapports de force et de nombreux secrets. L'auteur se concentre davantage sur la complexité et le suspense de l'histoire que sur l'analyse psychologique des personnages. Monica Kristensen, qui est par ailleurs glaciologue, évoque très bien l'univers rude de l'archipel décrit ici. Dépaysement garanti, au milieu des fjords et des verres de vodka.

"Vodka, pirojki et caviar", de Monica Kristensen, traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon, éditions Gaïa, 21 €.